Aiguines

porte des

Gorges du Verdon

 

Il semble que c'est en 1021 que fut cité pour la première fois le nom d'Aiguines en fait "Aguina" ou "Aquina". Le nom romain était "Castrum de Aguinia", le nom provençal "Eyguinos".

Le village est dominé au nord par la chapelle St Pierre (voir la page localisation) et les ruines de l'ancienne tour de guet. Au sud, sur la route qui vient d'Aups, se dressent le château et l'église du village.

Au sud-ouest à 4km du village le château de Chanteraine date du 18ème siècle.

Sur la place du village trône une fontaine dont le trop plein alimente le lavoir en contre bas (voir photo ci-contre , la fontaine est devant la tour du campanile).

L'eau de cette fontaine provient d'une source située sur la route qui longe le camp militaire et permet de rejoindre Aups. Le seigneur de l'époque offrit la moitié de l'eau de sa source aux gens du village qui, en contre partie, construisirent la conduite pour amener l'eau au chateau et sur la place. La conduite emprunte une galerie souterraine qui aurait bien besoin d'être restaurée. A l'entrée du village, la dérivation vers le chateau traverse la route sur un portique en bien mauvais état lui aussi.

Je n'ai pu exactement dater cette photo de la place du village. Si le campanille et l'hôtel du vieux chateau au centre existent toujours les arbres à droite et à gauche de l'image n'esixtent plus et le mur sur la droite est restauré depuis longtemps.
Sur l'image ci-dessous (réalisée par des peintres amateurs mais pas sans talent ) on découvre la place à une date ultérieure.

 Le château date du 17ème siècle. De forme cubique il est flanqué aux quatres angles de tours rondes couvertes de tuiles vernissées polychromes dont les motifs rappellent ceux des tissus provençaux. L'église , Saint Jean de Notre Dame de style roman a une clef de voûte datée de 1653.

Retour

Le territoire d'Aiguines a appartenu à l'abbaye Saint Victor de Marseille puis à différents seigneurs dont les Blacas. On m'a rapporté que les chevaux blancs figurent sur le blason d'Aiguines en l'honneur de la famille Blacas dont un des membres possédait toujours une jument blanche dans ses écuries.

A la fin du 19ème siècle, la commune d'AIGUINES vaste de 12.000 hectares comptait environ 800 habitants répartis par moitié dans le village, par moitié dans des fermes éparpillées pour la plupart sur le plateau de Canjuers.
Grossièrement on peut distinguer trois grandes périodes dans les activités des habitants.
Une première période d'agriculture et d'élevage (chevaux puis moutons), une deuxième période qui a duré jusqu'en 1980 dominée par le tournage du bois (a son appogée avant la première guerre mondiale), une troisième période où le tourisme constitue pratiquement la seule activité de la commune.

J'ai encore peu de renseignements sur la première période. (merci d'avance à ceux qui voudront bien éclairer ma lanterne).

L'époque du tournage du bois est beaucoup mieux connue. Lorsque, dans des foires ou chez des brocanteurs vous verrez des boules de pétanque en bois cloutées, sachez qu'elles ont été tournées en buis par les tourneurs d'AIGUINES et cloutées par les femmes du village. La fabrication d'objets en bois a été à son apogée avant la guerre de 1914 où deux usines fabriquaient ; boules, cuillères... et de très nombreux objets avec le buis cueilli dans les gorges par les hommes du village. A cette époque pour une population totale d'environs 600 personnes 78 travaillaient pour les tourneries ; 36 comme tourneurs, 42 comme ferreuses. Il faut ajouter à ces 78, les hommes qui dans les périodes creuses de l'agriculture ou de l'élevage allaient arracher les racines de buis, couper les hêtres, aulnes, érables qu'ils vendaient aux tourneurs.
Quand vous irez à AIGUINES ne manquez surtout pas la visite du musée. Il est ouvert de juillet à septembre et présente en plus du dernier atelier de tourneur reconstitué, tous les stades de fabrication depuis la récolte des essences jusqu'à la fabrication des objets. Vous y découvrirez également une étude sur l'architecture des maisons d'habitation du village.

La troisième période celle du tourisme aujourd'hui fait l'objet d' " AIGUINES aujourd'hui".

On ne peut parler d'AIGUINES sans citer deux événements qui ont eu une importance considérable sur l'évolution de la commune et les activités du village.
Tout d'abord en 1968 la création du camp militaire du plan de Canjuers qui amputa la commune des deux tiers de son territoire (7500 hectares). La création du camp a provoqué la fin de l'activité séculaire des bergers. Plus de 4000 brebis avec leurs agneaux ont ainsi disparu, 11 fermes ont cessé leurs activités. Aujourd'hui le petit plan de Canjuers ne résonne plus des clochettes des brebis, par contre le canon y tonne parfois !
Avant la première guerre mondiale plus de la moitié des ménages vivaient de l'agriculture et de l'élevage aujourd'hui il ne reste plus que 2 à 3 ménages sur une population d'environ 220 habitants qui vivent exclusivement de l'agriculture et de l'élevage.

Ensuite en 1973-1974 la mise en eau du barrage hydro-électrique de Sainte Croix créa le lac le plus étendu de France(2200hectares) après celui de Serre Ponçon.
Cette réalisation amputa encore la commune de quelques 116 hectares mais permit de renforcer sa vocation touristique qui était ancienne et avait reçu un premier coup de pouce après la deuxième guerre mondiale avec l'ouverture de la route des crêtes (1945-1950).

Cette photo, bien que de mauvaise qualité, est intéressante car elle montre le village depuis le château et dans l'état où il était avant 1930. Le transformateur EDF n'est pas encore construit, la route des crêtes n'est pas ouverte..

Ce pont construit par les Romains reliait Aiguines et les Salles à Moustiers Sainte Marie. Aujourd'hui sous les eaux du lac, le film "Jeux interdits" avec Poujouli et Brigitte Fossey lui a donné une certaine célébrité. Une des scènes du film se déroule près du pont. De ce fait on trouve assez facilement des vues du pont alors que celles de la vallée avant le barrage sont très rares sauf les photos du village des Salles avant son engloutissement sous les eaux.

Cette photo montre la route Moustiers, les Salles Aiguines et le pont sur le Verdon que j'ai mentionné ci-dessus.
On devine plus qu'on ne voit le Verdon, fatigué de sa chevauchéee tumultueuse dans les gorges, après ses luttes victorieuses contre la nature au Point sublime, dans le couloir Samson, à la Baume aux pigeons, au Styx, à l'Imbut, il reprend des forces en musardant dans la plaine avant de continuer sa course folle dans les petites gorges vers Quinson.